Iggesund : le papetier qui plantait des saules

Lorsque l’usine britannique d’Iggesund Paperboard,  implantée à Workington, a pris la décision d’investir dans une chaudière à biomasse afin d’abandonner l’énergie fossile, elle a immédiatement commencé à planifier ses besoins futurs en combustible. L’un des projets élaborés, Grow Your Income (en français « Faites pousser vos revenus« ), consiste à communiquer avec les agriculteurs de la région pour leur proposer de cultiver des saules qui serviront de biomasse à l’usine.

Rencontre avec…
Iggesund_Neil Watkins
NEIL WATKINS, Responsable des combustibles alternatifs pour Iggesund Paperboard.

Les agriculteurs de la région ont-ils été réceptifs à votre proposition ?
 Il nous a fallu quatre ans pour monter le projet. L’investissement dans les cultures énergétiques représente un engagement sur vingt ans, alors évidemment, les gens veulent être sûrs de faire le bon choix. Mais le projet suscite aujourd’hui un intérêt croissant et le nombre d’agriculteurs qui plantent de nouvelles cultures de saules TCR (Taillis à Croissance Rapide) augmente tous les ans. Ils ont compris que les cultures énergétiques représentent un moyen de se diversifier sans prendre trop de risques. Iggesund prend en charge les coûts de la moisson et le transport des récoltes, tout en garantissant aux agriculteurs un retour sur leur investissement, indexé sur toute la période contractuelle, qui est actuellement de 22 ans.

Que représente exactement cette manne aujourd’hui ?
Il faut compter trois ans pour obtenir la première récolte, mais nous avons déjà de bons résultats : plus de 26 000 tonnes de copeaux de saules ont déjà été livrés à l’usine, ce qui est plus que ce nous avions envisagé au départ. Et le nombre d’agriculteurs et de propriétaires terriens qui prévoient de planter du saule cette année et en 2017 ne cesse de croître. Nos volumes de biomasse vont donc augmenter.
La nouvelle centrale de cogénération à biomasse est entrée en fonction en mars 2013, Iggesund a investi 108 M£ pour la construire. Du jour au lendemain, les émissions de dioxyde de carbone ont été réduites à zéro. Parallèlement, les besoins de l’usine en biomasse pure ont augmenté de 500 000 tonnes par an.

Quid des problèmes de concurrence avec la production alimentaire ?
Iggesund a identifié les cultures énergétiques TCR comme pouvant être une nouvelle source de biomasse. Les saules que nous conseillons conviennent à des sols improductifs plutôt humides, ce qui signifie qu’ils ne font pas concurrence à la production alimentaire. C’était la seule solution pour que l’usine s’assure un approvisionnement suffisant à long terme.