L’emballage de luxe : un marché de 15 milliards de dollars

Le 29 septembre dernier s’est tenu à Paris le cinquième colloque annuel du magazine Pap’Argus, sur le thème « Papiers-cartons, au service du luxe durable ». Les conférences et interventions qui se sont succédées toute la journée ont permis d’apporter des réponses concrètes concernant l’avenir du marché de l’emballage de luxe, ses attentes et réalisations en termes de durabilité, les stratégies mises en place par les fournisseurs du monde papetier et les dernières évolutions concernant le monde des recyclés. 

______________________________________________________________

coffret-eau-de-parfum-si-giorgio-armani

L’essor du secteur de l’emballage de luxe en Europe est bien réelle : + 5,5 % pour les cent premières entreprises du secteur, + 8 % pour les dix premières. Partenaire fidèle du colloque Pap’Argus, le cabinet Capitalmind était présent pour présenter sa nouvelle étude intitulée Packaging de luxe : rapport sur l’industrie et les fusions-acquisitions.

« Le marché de l’emballage de luxe est aujourd’hui soutenu par la démographie mondiale et la demande accrue des consommateurs. Il réalise d’excellentes performances. Le Top 100 maintient un niveau de profitabilité élevé avec un EBE supérieur à 10 % contre 8 % en général dans l’emballage. Le Top 5 est à 14 % », a détaillé Jean-Brice, associé du cabinet et directeur de l’étude.
L’Europe reste la plaque tournante du marché de l’emballage de luxe, la France en tête avec deux fois plus d’acteurs que des pays comme l’Allemagne, l’Italie ou le Royaume-Uni. Mais le secteur reste morcelé, deux tiers des entreprises du Top 100 réalisent moins de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires. « La croissance à horizon 2020 restera en dessous de 5 % en raison du ralentissement économique sur les marchés émergents, et à un degré moindre, dans les pays développés », a prédit Jean-Pierre Brice.
Pour Capitalmind, spécialiste des fusions-acquisitions, la croissance externe reste la stratégie de base pour les acteurs majeurs. Grâce à sa base de transactions, le cabinet montre que les entreprises de taille moyenne non listées sont acquises pour une valeur moyenne de 8 à 10 fois l’EBE tandis que pour les entreprises cotées, on parle plutôt d’une valorisation de l’ordre de 11 fois l’EBE.

Pour Capitalmind :
« Dans la plupart des cas, les acheteurs stratégiques sont spécialisés sur un type d’emballage – papier, carton, plastique, etc.- et les cibles sont plutôt petites, en deçà des 50 millions d’euros de chiffre d’affaires. De grands groupes actuellement possédés par des fonds de Private Equity devraient bientôt être à vendre ».

Un marché de 15 milliards de dollars

Dans une étude réalisée avec Smithers Pira, Capitalmind indique que les produits cosmétiques et les parfums représentent 39 % de parts de marché du secteur. Viennent ensuite les spiritueux (19 %), le tabac (16 %), les vêtements (11 %), les confiseries (9 %) et les aliments et boissons (6 %).
Le chiffre d’affaires mondial du secteur s’élève à 15 milliards de dollars avec des perspectives de progression supérieures à celles du marché de l’emballage en général. Selon les estimations de Capitalmind, le marché mondial de l’emballage de luxe devrait en effet augmenter avec un taux annuel TCAC de l’ordre de 5 % entre 2016 et 2020, contre 3 % seulement pour le marché de l’emballage en général.
« En termes de tendances, l’emballage de luxe, de par l’importance des budgets qui lui sont consacrés, est un secteur à suivre de près pour percevoir les grandes évolutions à venir » a poursuivi Jean-Pierre Brice. Et d’identifier trois tendances majeures : les éditions limitées et les collaborations avec des artistes, un retour à une certaine simplicité et l’avènement d’un luxe plus durable.

G2F006 - copie.jpg

Selon l’analyste :
« La surabondance d’emballages n’impressionne plus. Aujourd’hui, les consommateurs plébiscitent davantage une esthétique « minimaliste chic ». Les fabricants de produits de luxe cherchent de plus en plus à limiter leur empreinte environnementale mais sans lésiner sur le design, ce qui est en soi un vrai défi ».

Une marque comme Gucci avec ses emballages 100 % recyclables sont sur cette tendance, tout comme Valentino, Versace, Prada. Dans l’industrie du champagne, la Maison Veuve-Clicquot et son programme Naturally Clicquot, est aussi extrêmement active dans ce domaine, avec des emballages fabriqués à partir de ses déchets de raisin par exemple.
Autres tendances, plus technologiques celles-ci, cellles qui touchent à l’industrie avec le fort développement de l’impression numérique, de l’impression 3D et du packaging connecté via notamment les étiquettes intelligentes.

Capture d’écran 2016-11-15 à 16.32.19.png

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s